Goût spirituel



Voici les hommes refroidis et somnolents, les tièdes. Il n'y a dans ces cœurs ni goût de Dieu, ni grâce. Ils ne se trouvent bien qu'avec les créatures. A elles leur prédilection, en elles leur satisfaction. C'est elles qu'ils goûtent, c'est au milieu d'elles qu'ils sont à l'aise. Ils s'y jettent de gaieté de cœur, s'y accoutument et y cherchent jouissance et bonheur. (36)


Mais Dieu sait bien ce qu'il en est de ces gens-là. Il en est d'eux comme des gens qui ont un mauvais estomac. Les matières corrompues, mauvaises et gâtées qui s'y trouvent sentent mauvais, et cela leur remonte à la bouche. Ils sont ainsi incapables d'apprécier la bonne nourriture.
Ils ont perdu le goût des bons aliments. Quand ils en mangent, ils n'y trouvent aucune saveur. Les bonnes choses leur paraissent amères par suite de ce qu'il y a de mauvais en eux. (36)


Ils sont comme les femmes enceintes qui éprouvent parfois le désir de manger de la terre ou d'autres choses malpropres. Ainsi en va-t-il de ces gens corrompus. L'estomac de leur amour, de leur vie intérieure, est plein du fumier des créatures. C'est pourquoi ils ont perdu le goût de toutes les choses divines et célestes. Elles leur semblent amères et insipides.
Leur fond intérieur est pour ainsi dire engrossé de créatures. C'est pourquoi ils ont l'appétit de la terre et de choses impures... (36)


C'est pour cela qu'ils ne goûtent plus aucune chose divine. Le goût a disparu.
Leur conduit digestif est pourri. (36)


Quant à vous, mes braves gens,
ne vous effrayez pas si vous ne goûtez rien de tout cela. Parmi les gens qui vont à la pêche il y a autant de favorisés que de défavorisés. (41)


Sachez cependant cette seule chose. Si modestes que soient les pratiques de piété d'un homme,
s'il a foncièrement l'intention et le désir d'être un grand amant de Dieu, s'il persévère en cette intention, s'il aime cette qualité d'ami de Dieu dans ceux qui le sont déjà, s'il s'en tient à cette volonté foncière en toute simplicité, il obtiendra cette paix, soyez-en sûrs, ne serait-ce qu'à l'heure de la mort. (41)


Aucun maître ne devrait, il est vrai, enseigner ce qu'il n'a pas lui-même expérimenté. Il suffit cependant, en toute rigueur,
qu'il aime ce dont il parle, qu'il n'y fasse pas obstacle et qu'il le poursuive lui-même. (41)


Mes enfants, voulez-vous un signe tout à fait sûr pour reconnaître de façon certaine en quelles dispositions vous êtes ?
Voyez ce qui éveille le plus fortement vos émotions de plaisir ou de douleur, de joie ou de souffrance. (41)