Les peaux



Mes enfants, d'où vient, pensez-vous, que l'homme ne parvient d'aucune façon jusqu'à son fond? En voici la cause. Ce fond est recouvert de multiples peaux, horriblement épaisses. Il y en a d'épaisses comme le front des bœufs. Ces peaux ont si bien recouvert le plus intime de son âme que ni Dieu ni lui-même ne peuvent y entrer. Tout est complètement obstrué par ces excroissances. (51)


Sachez-le, il y a de ces hommes qui peuvent avoir jusqu'à trente ou quarante de ces peaux.
Des peaux épaisses, grossières, noires, comme des peaux d'ours. (51)


Il y a maintes peaux qui ont recouvert le fond de l'homme et en ont bouché l'accès par de multiples excroissances,
si bien que l'homme se cache à lui-même la vérité, qu'il demeure pour lui-même un inconnu et qu'il ne sait rien de lui-même. Il connaît tant d'autres choses, mais lui-même ne se connaît pas! (80)


Il y a là comme trente ou quarante peaux,
des couennes qui ressemblent à des fronts de bœufs, tant elles sont épaisses et dures. On pourrait encore les comparer aux oignons qui sont composés tout entiers de peaux amères, accumulées l'une sur l'autre jusqu'au centre. (80)


Qu'est-ce donc que ces peaux? Ce sont toutes les choses dans lesquelles c'est toi et ce qui est tien que tu possèdes, que tu aimes, à quoi tu penses, que tu recherches, dont tu jouis.
Toutes les choses dont Dieu n'est pas la vraie cause ni le vrai but. C'est la présomption, le manque d'abandon, l'inattention, la négligence dans toutes les choses divines. Voilà qui fait croître ces peaux. (80)


Si un homme se trouvait dans une maison obscure, il suffirait qu'il ait assez de lumière pour trouver une fenêtre à ouvrir ou
un trou quelconque par où il pût pousser la tête dehors. Il serait dans la lumière! (44)