La croix



Jésus commença de montrer à ses disciples qu'il lui fallait s'en aller à Jérusalem, y souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué et, le troisième jour, ressusciter. Pierre, le tirant à lui, se mit à le morigéner en disant : "Dieu t'en préserve, Seigneur ! Non, cela ne t'arrivera point !" Mais lui, se retournant, dit à Pierre : "Passe derrière moi, Satan ! tu me fais obstacle, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes !" (Matthieu 16, 21-23)

Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes... Ce clivage, cette opposition abrupte entre les pensées de Dieu et les pensées des hommes fait très mal...


Alors Jésus dit à ses disciples : "Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il se renie lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive." (Matthieu 16, 24)


La réconciliation de l'humain et du divin passa à travers un écartèlement de l'esprit, du corps et de l'âme... Nous l'expérimentons inlassablement et de mille manières...

Paradoxalement c'est une violence qui réconcilie... c'est une rupture qui 'recolle' les cassures. Incompréhensible croix. Scandaleuse croix. La raison bégaie. La compréhension est elle-même crucifiée.

Reste la parabole... Elle ne livre pas une formule magique. Elle ouvre du côté des convergences. Osons un recours à la bande de Moebius... L'envers et l'endroit à faire coïncider. Il faut faire violence à la bande, lui faire subir une torsion, un retournement...


Concret absolu

Voilà pour une approche de la compréhension. Ensuite il faut passer de la parabole (qui reste à sa manière abstraite) au concret absolu de la croix.

Le dernier mot de la croix = amour, non pas le bel Eros mais Agapè crucifié sous les espèces d'un corps sanguinolant, le Christ crucifié...

Le mystique Johan Tauler a compris cela. Cette croix, c’est le Christ crucifié.
Il doit nécessairement être enfanté en toi, en traversant toutes les puissances de l'âme et du corps...
(Sermon III pour l’Exaltation de la Croix).

Le Christ crucifié enfanté en toi...
Tu ne peux plus rien dire... Cet enfantement seul te révèle que cette Croix te crucifie et te sauve en même temps.